Accueil » Domotique » Comment bien effectuer la mise en œuvre et l’installation d’une caméra IP PoE à l’extérieur ?
Domotique

Comment bien effectuer la mise en œuvre et l’installation d’une caméra IP PoE à l’extérieur ?

guide-bien-installer-camera-ip-poe

L’approche de la période de vacances est aussi synonyme de révision de la stratégie de surveillance vidéo dans le jardin. Très abordables et de qualité toujours plus haute à chaque nouvelle référence, tout en restant simple d’utilisation, les caméras IP PoE sont un passage obligatoire pour qui veut renforcer la sécurité de son foyer.

Dissuasif pour les passants malintentionnés mais aussi sécurisant pour vous, que vous soyez au domicile ou loin de ce dernier, les caméras IP vous permettent de conserver un oeil sur la maison où que vous soyez. L’enregistrement des images que ce soit sur NAS, carte SD, système domotique ou NVR est un plus, là encore les solutions sont nombreuses et accessibles pour vous permettre de disposer d’un système de vidéo surveillance de qualité à moindre coût. Toutefois, pour parvenir à ce niveau de qualité, il convient de respecter quelques règles de bonnes pratiques dès la mise en oeuvre.

Pour vous faciliter la tâche, nous avons répertorié les 7 points à vérifier pour une bonne implantation d’une caméra IP à la maison. Un guide qui devrait donc vous permettre de mener à bien votre stratégie de sécurisation du domicile sans peine. Voyons alors les 7 points un par un.

1. Choisir un switch PoE

Le plus cher n’est pas forcément le meilleur ! En effet, nous avons déjà vu sur le blog le test du petit switch PoE Tenda, un petit boîtier sans prétention et à petit prix, pourtant voilà bientôt 3 ans que celui-ci est en fonctionnement chez moi, qui plus est dans un local de jardin, soit exposé à des variations de températures importantes …

Pourtant, ce dernier fonctionne toujours très bien et supporte plusieurs caméras, dont la Reolink Duo, une caméra IP PoE qui dispose de 2 caméras en une.

test-tenda-switch-poe-ethernet

Du PoE Efficace et économique pour la maison, test switch PoE Tenda

Qui a dit que sécuriser la maison connectée avec des caméras IP PoE étaient hors de prix ? Si ce fut vrai un temps, les tarifs des caméras PoE ont fortement chutés ces dernières années. Le…


A côté de cela, j’avais un switch PoE Netgear dans le garage qui a lâché au bout d’un an et demi… Ce dernier était pourtant bien moins exposé à des variations importantes de température, et malgré un tarif double par rapport au Tenda, il n’aura pas été plus costaud !

2. Choisir le câble

Le câble Ethernet choisi a son importance dans une implantation destinée à des caméras IP. Pas tant sur la norme car même avec une caméra 4K et un câblage en catégorie 5e, le débit sera suffisant pour disposer d’un flux complet et fluide. Cependant, le câble sera bien souvent exposé à des conditions plus difficiles que ce que peuvent être les câbles pour les prises de la maison. En effet, la caméra étant bien souvent sous un appenti de toit, le câble peut être exposé à des perturbations. Il convient alors de prendre un câble de suffisamment bonne qualité pour encaisser les conditions extrêmes. Un câble qui passe sous les tuiles par exemple peut subir de fortes températures l’été contre des températures très basses l’hiver.

Choisissez un câble blindé à minima pour offrir une protection supplémentaire aux paires. Enfin, il peut aussi être intéressant d’opter pour une couleur différente pour les caméras. Une couleur vive telles que orange ou violet peut être utile pour repérer plus facilement le câble dans vos opérations de maintenance, mais aussi identifier simplement les noyaux (prises sur le bandeau de brassage au niveau de la baie).

Le Patch ou câble de brassage lui aussi peut adopter un code de couleur différent pour les caméras afin de dissocier visuellement les ports vidéos des autres ports réseaux de la maison. Cela n’est pas une obligation bien évidemment, mais peut vous faire gagner du temps en cas d’investigation.

Je n’aborde pas non plus l’importance d’un bon inventaire de votre réseau pour faciliter ces actions de maintenance, mais c’est également primordiale de le tenir à jour.

3. La connectique

Plusieurs options s’offrent à vous concernant la connectique :

1- Effectuer un câble de bout en bout avec des prises mâles. Cela fonctionne, mais ce n’est pas la méthode à préferer.

2- Utiliser un noyau sur panneau de brassage côté switch et une prise Ethernet près de la caméra. Vous devrez utiliser des petits cordons de part et d’autre (côté switch et caméra) pour finaliser la continuité. Là encore, ce n’est pas forcément la bonne méthode si la prise côté caméra est sous un toit par exemple.

3- Utiliser un noyau sur panneau de brassage côté switch et un autre près de la caméra. Là encore il faudra finaliser la continuité avec un cordon de brassage côté switch et un câble de bonne longueur côté caméra. L’utilisation d’un noyau de même type que ceux utilisés sur le panneau de brassage permet de confiner à la fois la connectique entre le noyau et le cordon, mais aussi l’autre extrémité du cordon et la prise de la caméra dans une boîte plexo.

De cette manière la connectique est protégée de l’humidité d’une part et vous sécurisez également le fait qu’il n’est pas possible de débrancher la caméra. Si vous avez bien étudié l’emplacement de votre caméra, vous ne devriez même pas avoir un fil qui dépasse. Empêchant alors le fait de couper ce dernier !

4. Trouver le bon emplacement pour la caméra

Cela peut paraitre simple, pourtant, il convient d’étudier la question de l’implantation de la caméra. Quelle zone voulez-vous surveiller? Avec quelle orientation, suivant l’emplacement l’angle de la caméra sera-il suffisant?

Aurez-vous une partie de l’image qui filmera la voie publique ou chez le voisin… Notez que si c’est le cas, vous devrez user du mode masque de la caméra pour ne pas enregistrer d’autres évènements que ceux qui se passent sur votre propriété…

Tant de question qu’il faut se poser pour définir l’emplacement parfait pour votre caméra. Mais un autre critère important qui sera déterminant pour l’emplacement il s’agit du passage de câble.

5. Etudier le passage de câble

En effet, si vous avez déterminé l’emplacement idéal pour votre caméra, mais que vous n’avez pas de moyen simple d’y acheminer un câble réseau, cela risque de compromettre vos plans. Il convient donc également d’étudier cette question dans votre phase de réflexion/d’étude.

S’il reste possible d’utiliser le Wi-Fi pour le réseau, bien que le filaire reste grandement recommandé pour une caméra de surveillance. S’il n’est pas possible de tirer une ligne réseau, il risque aussi d’être compliqué d’acheminer une ligne électrique.

A moins que ce soit dans une annexe de la maison où l’électricité est disponible, alors il reste l’option CPL. Un kit CPL vous permettra d’acheminer le réseau (filaire) d’un bâtiment à l’autre, sans avoir recours au Wi-Fi, tout simplement en utilisant le courant électrique. Les kits CPL sont relativement bien étudiés de nos jours et permettent dans la majorité des cas de répondre au besoin. J’utilise moi-même ce procédé pour une caméra installée sur le local technique de piscine. Ce dernier est éloigné de la maison et donc du réseau Ethernet.

Cependant, il dispose du courant électrique. Je peux alors utiliser le CPL pour acheminer le réseau de la baie UT dans la maison, jusqu’au Pool House, et ressortir de mon boîtier CPL pour connecter un petit switch PoE. Par conséquent, j’utilise tout de même le PoE pour mes caméras distantes.

6. Protéger les points de terminaison

C’est un point parfois négligé, mais qui a son importance. On a souvent tendance à penser que le noyau une fois effectué sous la descente de toit protègera ce dernier de l’eau. C’est vrai en un sens car le positionnement du point de raccordement sous les tuiles protège de la projection d’eau de pluie directe. Mais attention à l’hiver, le froid, le gel et la neige peuvent avoir un effet à moyen terme sur les connexions. En effet, avec le temps, l’humidité produite entre les phases de froid et la chaleur du soleil, viennent à produire de la condensation et générer de l’oxydation sur les connexions. De même, les araignées adorent se loger dans ces espaces et produisent parfois des courts-circuits.

Pour protéger vos connexions terminales sous toiture entre le noyau et la prise de la caméra, je vous conseille donc de loger le tour dans une boîte plexo. Il en existe de plusieurs sortes et de plusieurs tailles, j’aime particulièrement les petites boîtes allongées de 9cm par 4cm qui sont parfaites pour cela.

7. Tester la ligne

Pour qualifier une ligne réseau on parle de recette. Bien sûr à la maison les exigences ne seront absolument pas le mêmes qu’en entreprise où je demande aux câbleurs un cahier de recette complet effectué avec un appareil spécifique qui mesure de nombreuses caractéristiques physiques du câble. A la maison, cette recette est beaucoup plus light et se résume à tester la bonne continuité des paires.

En effet, bien que le câblage d’une ligne soit largement simplifié aujourd’hui, un sertissage mal effectué ou un faux contact peuvent facilement générer des perturbations sur la ligne et empêcher le bon fonctionnement de votre caméra.

Enfin, pour fiabiliser votre installation maintenant que les caméras sont correctement installées, je vous conseille vivement d’opter pour un NVR qui se chargera de centraliser les enregistrements et stocker l’ensemble dans un système sûr et fiable. Je vous invite à découvrir notre récent test du NVR Reolink qui est un must have en la matière.

test-nvr-reolink-camera-ip-enregistreur

Test du NVR Reolink RLN16-410, enregistrement HD 24/7, 3To de stockage et 16 ports PoE

Quand il est question de mettre en place de la vidéo surveillance à la maison, si les caméras IP son monnaie courante et très accessibles de nos jours, vient souvent une question pertinente, comment disposer d’une rétention des images efficace…


Notre sélection de caméras IP PoE

Il existe plusieurs marques qui propose des cameras IP PoE pour l’extérieur, mais à ma connaissance, seul Reolink propose un large choix et un rapport qualité prix, inégalé sur le marché.

Domo-blog a fait le choix de ne pas polluer votre lecture avec de la publicité. Vous trouverez cependant des liens affiliés vers les produits recommandés dans le contenu. Cela ne perturbe en rien votre experience de lecture et permet de financer le blog.
Vous pouvez également soutenir le blog en m'offrant un café sur Ko-Fi.


discord

Restez connecté aux nouveautés domotiques, inscrivez-vous à notre newsletter

A propos de cet auteur

Aurélien Brunet

Chef de projet informatique, anciennement informaticien spécialisé dans l'IT industrielle, le réseau et les bases de données. Un peu geek à mes heures perdues, je me suis mis à la domotique en 2012 pour sécuriser mon domicile.
Depuis, je teste, j’installe, je code, j’améliore mon installation et surtout, je partage avec vous mon expertise via ce blog et mon podcast Domotique Chronique pour améliorer votre quotidien dans la maison connectée !

Add Comment

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

construction et domotique
promos domotique
Choix box domotique
promos domotique

1. Choisir un switch PoE

Le plus cher n’est pas forcément le meilleur ! En effet, nous avons déjà vu sur le blog le test

2. Choisir le câble

Le câble Ethernet choisi a son importance dans une implantation destinée à des caméras IP. Pas tant sur la norme

3. La connectique

Plusieurs options s’offrent à vous concernant la connectique :

4. Trouver le bon emplacement pour la caméra

Cela peut paraitre simple, pourtant, il convient d’étudier la question de l’implantation de la caméra. Quelle zone voulez-vous surveiller? Avec

5. Etudier le passage de câble

En effet, si vous avez déterminé l’emplacement idéal pour votre caméra, mais que vous n’avez pas de moyen simple d’y

6. Protéger les points de terminaison

C’est un point parfois négligé, mais qui a son importance. On a souvent tendance à penser que le noyau une

7. Tester la ligne

Pour qualifier une ligne réseau on parle de recette. Bien sûr à la maison les exigences ne seront absolument pas

Notre sélection de caméras IP PoE

Il existe plusieurs marques qui propose des cameras IP PoE pour l’extérieur, mais à ma connaissance, seul Reolink propose un

  • 1. Choisir un switch PoE
  • 2. Choisir le câble
  • 3. La connectique
  • 4. Trouver le bon emplacement pour la caméra
  • 5. Etudier le passage de câble
  • 6. Protéger les points de terminaison
  • 7. Tester la ligne
  • Notre sélection de caméras IP PoE