Accueil » Maison connectée » Économies d'énergie » Installation kit d’extension solaire Beem Energy et suivi complet dans la domotique, on vous explique
Économies d'énergie

Installation kit d’extension solaire Beem Energy et suivi complet dans la domotique, on vous explique

resultat-installation-kit-extension-beem-energy

Si vous suivez régulièrement le blog, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai mis en place il y a quelques mois un kit d’autoproduction solaire Beem Energy sur le toit de mon local technique de piscine. Pour résumé, le kit que propose Beem energy est composé de quatre panneaux solaires qui se posent simplement et rapidement et permettent de générer 300W crête. C’est-à-dire 300W de production électrique « verte et gratuite » qui sera directement injectée dans le réseau électrique de la maison pour être consommée par les appareils de la maison, plutôt que d’acheter cette petite quantité d’énergie au fournisseur.

Test de Beem Energy : Le kit solaire simple pour produire son électricité en autoconsommation

Test de Beem Energy : Le kit solaire simple pour produire son électricité en autoconsommation

Crise des énergies oblige, notre fil rouge à la rédaction cette année est la consommation d’électricité et plus particulièrement les différents moyens connectés permettant de la réduire sans se restreindre…


Bien entendu, ce kit n’est pas fait pour devenir autonome et indépendant puisqu’il n’y a pas de stockage et que l’énergie générée et moindre par rapport à la consommation d’un foyer. L’objectif d’un tel kit est avant tout de permettre de compenser le talon de consommation, qui se compose de tous ces appareils qui sont constamment alimentés dans la maison et font que même quand vous n’y êtes pas, cette dernière consomme de l’énergie. Avec un tel kit, le temps de la journée, vous produisez de l’électricité pour alimenter ce talon de consommation. Je vous invite à lire ou relire notre premier article sur le kit Beem pour avoir les détails concernant le talon de consommation.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un autre aspect de l’utilisation d’un kit solaire Beem Energy, il s’agit de la pose et du raccordement d’un kit d’extension. En effet, si un kit est capable de générer 300W crête, deux kits seront capables de produire le double… On peut alors envisager de connecter jusqu’à 3 kits ensemble, pour une production totale pouvant aller jusqu’à 900W. Voilà qui devient de plus en plus intéressant.

Dans mon cas, j’ai fait le choix d’implanter ce kit Beem Energy d’une manière un peu détournée puisque je n’ai ni effectué une installation murale, ni au sol, qui sont les deux méthodes proposées. Que ce soit l’extension présentée ici ou le premier kit déjà en place, il s’agit de deux kits à poser au mur.

Je n’utilise donc pas la fixation proposée mais le toit de mon pool house comme support de fixation pour mes panneaux. Cela pour deux raisons. Premièrement le toit de mon local technique de piscine dispose sans aucun doute de la meilleure orientation possible. Etant installé à proximité du bassin, il bénéficie de l’excellente orientation donnée à la piscine de sorte à avoir un maximum d’exposition au soleil pour une chauffe naturelle et efficace. Une exposition qui est tellement bonne, que malgré une PAC installée, je ne la démarre jamais tant le soleil chauffe suffisamment du matin au soir d’avril à octobre.

L’autre raison est une histoire de gain de place. Bien que les panneaux soient relativement petits avec 70 cm de côté, cela occupe tout de même un peu de surface au sol, ou au mur suivant le type d’installation, et encore plus avec deux kits. Enfin, c’est aussi pour une raison que je trouve pratique et esthétique. Je n’étais pas particulièrement fan de la toiture de mon local de piscine que je voulais refaire avec un esprit plus moderne avec des plaques de Bacacier grises… Il m’est alors venu cette idée, qui plus est parfaitement adaptée avec la taille des panneaux…

Au final, après quelques mois de recul, cette installation me permet de dépasser les prévisions effectuées par l’application mobile Beem, ce qui confirme mon choix de les adapter sur le toit du local de piscine. Finalement la filtration de la piscine étant un des postes les plus énergivores de la maison en pleine saison, la boucle est bouclée et l’énergie produite est directement utilisée par la pompe, les panneaux étant installés au plus près.

Des caractéristiques identiques au kit de base pour l’extension Beem Energie

Sans grande surprise, mais il est bon de l’indiquer, le kit dit d’extension Beem Energy n’est finalement qu’un kit de base, dépourvu de la Beembox qui ne sert à rien puisque vous disposez déjà d’une box avec votre premier kit. On retrouve donc dans le carton exactement le même nombre d’accessoires, exception faite de la box. Les panneaux sont donc toujours des panneaux de 70×70 cm capables de produire 75W chacun, rien ne change. Avec 4 panneaux supplémentaires, on fait donc monter l’installation à 8 panneaux et 600W de production crête.

Un support original, mais redoutablement efficace

Comme déjà indiqué, mon premier kit est installé sur le toit de mon pool house, le second viendra donc se positionner, lui aussi sur le toit. J’ai donc dû modifier légèrement l’emplacement du premier kit qui était disposé au centre de la toiture pour le remonter et permettre la place pour les 4 nouveaux panneaux.

Bien que les panneaux ne soient pas très lourds, l’ensemble approchant des 60Kg au final, j’ai tout de même appliqué quelques renforts sur la structure de la charpente. Bien que le poids est reparti de manière uniforme, cela ne coûte rien d’y apporter un peu de renfort pour assurer un support solide dans le temps. Notez qu’ayant déjà fait le travail de calcul d’inclinaison dans le premier guide, je n’ai eu finalement qu’à suivre la pente donnée par les premiers panneaux pour cette extension.

J’avais effectué une extension en poteaux de bois autoclaves pour le premier kit, j’ai utilisé uniquement une planche de clôture traitée autoclave que j’avais en stock pour réaliser le support de l’extension. L’espacement ayant lui aussi déjà été calculé, poser cette extension a été un jeu d’enfant, je n’ai eu qu’à me caler sur le travail déjà effectué la première fois.

Finalement, une fois la planche coulée à la bonne taille et les mesures prises, j’ai simplement fixé la planche de niveau sous la première rangée de panneaux, fixé les supports Beem sur le panneaux et disposé les panneaux sur le toit pour définir les emplacement de fixation. En procédant ainsi pour chaque panneau, les 4 se voient parfaitement alignés avec le reste de l’installation !

Pas de Beembox, mais toujours un micro-onduleur

Contrairement à la box Beem qui est commune aux kits, chaque kit de 4 panneaux disposent de son micro onduleur. Il faut donc toujours installer ce dernier sur le panneau le plus proche de la box. Dans mon cas, il est installé sur le panneau de gauche que ce soit pour le premier ou le nouveau kit Beem. Il s’agit du même onduleur qu’installé avec le premier kit.

Comme pour le premier kit, il y a tout ce qu’il faut dans la boîte pour effectuer l’installation, mieux encore, il n’y a même pas besoin d’outils puisque tout se fait avec des vis papillon. Pratique quand on réalise cette fixation perchée sur le toit comme moi, et pratique pour tout autres cas d’implantations plus « classiques » aussi…

La connexion des deux kits Beem Energy : Simple et bien expliqué

Pour effectuer le raccord entre les deux, il faut déjà commencer par effectuer le raccord des 4 nouveaux panneaux ensemble comme s’il s’agissait d’un kit unique. La documentation est extrêmement bien détaillée avec les schémas. C’est finalement simple, il faut effectuer une connexion en série, la prise du panneau de droite sur la prise du panneau de gauche… Puis utiliser la rallonge pour le dernier panneau et permettre un retour vers l’onduleur.

Il faut ensuite utiliser un raccord en « T » livré dans la boîte du nouveau kit pour raccorder les deux kits (ancien et nouveau) sur la Beem box.

Attention à bien veiller à déconnecter l’installation (débrancher la Beem Box de la prise murale) avant de procéder au branchement.

Une fois l’installation sécurisée, branchez le raccord comme indiqué et utilisez le câble qui partait du premier kit vers la Beem Box pour y raccorder l’autre extrémité du T. L’installation est alors complète, il ne reste plus qu’à rebrancher la BeemBox et vérifer les LED sur les deux onduleurs pour confirmer que tout est OK.

Un rendu esthétique et surtout une production très complète

Finalement dans mon cas de figure un peu original, je dispose à présent d’un Pool House plus design car je trouve le design « floral » du kit Beem très beau, mais qui donne également ce coté plus moderne que je recherchais avec une nouvelle toiture. Toujours dans mon cas précis, les deux kits sont parfaitement dimensionnés pour la surface de ma toiture, c’est donc parfait !

Mais le plus intéressant au-delà de l’aspect esthétique, c’est que les deux kits me permettent de produire suffisamment d’énergie pour combler la demande en électricité de ma pompe de piscine. C’est-à-dire qu’au meilleur de la journée, je filtre gratuitement l’eau de ma piscine ! Le reste du temps c’est une consommation moindre de la filtration.

Le suivi de la production Beem Energy avec la domotique

Nous avons déjà abordé ce point dans notre premier test. J’ai échangé à plusieurs reprises avec l’équipe Beem pour leur faire part du besoin d’une API pour permettre une intégration à la domotique. Bien que cela soit toujours à l’étude chez Beem, qui prend très à coeur cette ouverture et souhaite le proposer prochainement. On sait que l’équipe apporte un soin particulier sur le retour d’information, il n’y a qu’à voir l’application mobile qui est la plus poussée de toutes les marques qui proposent une production solaire en station.

De notre côté, nous aimons chercher des solutions alternatives au domo-lab et pouvoir suivre la production dans le système domotique est un réel plus. J’ai donc testé avec succès deux solutions pour vous permettre de remonter la consommation de votre kit solaire dans le système domotique.

La prise connectée à suivi de consommation

C’est le moyen le plus simple et économique, il existe tout un tas de prises connectées qui sont capables de réaliser cette mesure et vous permettre de la remonter dans un système domotique. Que ce soit en Zigbee avec la prise Nous ou en Wi-FI avec une autre prise Nous tout aussi efficaces ou encore la prise Meross. Nous avons testé ces trois références pendant plusieurs semaines et vous confirmons quelles sont parfaites dans ce rôle tout en restant économiques.

Le module à pince ampèremétrique

Le module à pince ampèremétrique est l’autre moyen très pratique qui s’applique très bien à notre cas de production solaire, puisque vous pouvez à la fois suivre la production et la consommation d’un appareil avec un seul module Shelly EM. C’est d’ailleurs ce que je fais chez moi pour suivre à la fois la production sur la phase de la prise où est connectée la Beem Box et la phase d’alimentation du Pool House ce qui me permet de voir la balance entre les deux au fil de la journée.

Le suivi de production sous la domotique Home Assistant

La solution Home Assistant a introduit un tableau de bord énergétique depuis quelques mois. Il est alors très simple d’y suivre la consommation globale du foyer comme nous l’avions vu dans un précédent test. Mieux encore, ce dashboard energy permet aussi de suivre la production d’énergie solaire.

Ajout d’une prise connectée pour le suivi de la production du kit – © domo-blog

Et cela est possible aussi bien pour une installation complète en photovoltaïque, ou plus simplement avec une station de production comme propose Beem Energy.

Différentes manières de suivre sa production avec Home Assistant – © domo-blog

Finalement Home Assistant a simplement besoin d’une entité qui mesure la production. Pour le reste le système se charge de détailler la production au fil du temps dans votre dashboard d’une manière simple et efficace. On peut alors disposer sous un même tableau de bord de la production et de la consommation électrique de la maison.

Tableau de bord énergie de Home Assistant – © domo-blog

On peut au passage voir que même pendant une journée pluvieuse comme vendredi dernier, un ciel chargé et gris permet quand même une petite production électrique ! Autre point intéressant sur le suivi de la production avec Home Assistant, le système permet d’y ajouter l’intégration Forecast Solar qui permet d’afficher une prédiction de votre production du jour et y confronter votre production réelle. L’intégration se configure assez simplement en indiquant la puissance crête de votre kit, l’azimut ou encore l’élévation pour générer une courbe de production prédictive en fonction des conditions météo chez vous.

J’aime beaucoup cette vue qui permet une meilleure compréhension du rendement de votre kit. On constate d’ailleurs rapidement si votre kit est installé au meilleur emplacement puisque comme ici (capture de gauche), on voit rapidement que ma production est meilleure que ce qui est prédit par l’outil ! Un signe que l’exposition choisie est excellente ! Cette courbe de prévision n’est toutefois disponible que pendant la journée de production, il n’est pas possible de la visualiser sur la veille ou toute autre consultation à posteriori (capture de droite).

Un kit mal installé ou pas correctement exposé aurait plutôt tendance à voir la production sous la courbe. Cela peut aussi être un bon indicateur pour confirmer l’emplacement de votre kit.

Conclusion

Nous avons vu dans ce guide que la mise en oeuvre d’un kit d’extension est très simple, plus rapide encore que l’installation du kit initial. Nous avons vu également que même si Beem ne propose pas encore d’API, ce n’est pas réellement un frein puisque des solutions efficaces et simples existent pour disposer d’un suivi complet et détaillé dans votre système domotique comme le permet Home Assistant.

Si vous désirez commencer vous aussi à créer votre propre électricité, ou bien comme nous, augmenter la capacité de production avec un kit d’extension Beem, la rédaction vous propose un code promo de 100€ sur votre commande avec le code promo ci-dessous.

DOMO100



Restez connecté aux nouveautés domotiques, inscrivez-vous à notre newsletter

A propos de cet auteur

Aurélien Brunet

Chef de projet informatique, anciennement informaticien spécialisé dans l'IT industrielle, le réseau et les bases de données. Un peu geek à mes heures perdues, je me suis mis à la domotique en 2012 pour sécuriser mon domicile.
Depuis, je test, j’installe, je code, j’améliore mon installation et surtout, je partage avec vous mon expertise via ce blog pour améliorer votre quotidien dans la maison connectée !

Des caractéristiques identiques au kit de base pour l’extension Beem Energie

Sans grande surprise, mais il est bon de l’indiquer, le kit dit d’extension Beem Energy n’est finalement qu’un kit de

Un support original, mais redoutablement efficace

Comme déjà indiqué, mon premier kit est installé sur le toit de mon pool house, le second viendra donc se

Pas de Beembox, mais toujours un micro-onduleur

Contrairement à la box Beem qui est commune aux kits, chaque kit de 4 panneaux disposent de son micro onduleur.

La connexion des deux kits Beem Energy : Simple et bien expliqué

Pour effectuer le raccord entre les deux, il faut déjà commencer par effectuer le raccord des 4 nouveaux panneaux ensemble

Un rendu esthétique et surtout une production très complète

Finalement dans mon cas de figure un peu original, je dispose à présent d’un Pool House plus design car je

Le suivi de la production Beem Energy avec la domotique

Nous avons déjà abordé ce point dans notre premier test. J’ai échangé à plusieurs reprises avec l’équipe Beem pour leur

Le suivi de production sous la domotique Home Assistant

La solution Home Assistant a introduit un tableau de bord énergétique depuis quelques mois. Il est alors très simple d’y

Conclusion

Nous avons vu dans ce guide que la mise en oeuvre d’un kit d’extension est très simple, plus rapide encore

  • Des caractéristiques identiques au kit de base pour l’extension Beem Energie
  • Un support original, mais redoutablement efficace
  • Pas de Beembox, mais toujours un micro-onduleur
  • La connexion des deux kits Beem Energy : Simple et bien expliqué
  • Un rendu esthétique et surtout une production très complète
  • Le suivi de la production Beem Energy avec la domotique
  • Le suivi de production sous la domotique Home Assistant
  • Conclusion